Rêve éveillé Si vous voulez m'aider, achetez mon livre :
"Sacré mont Blanc"
Chez
Marc Lemonnier
Vrac
Recherche sur le siteNouveau sur le site
Liens Ignorer la navigation
Accueil
Rubrique : Tous les sites > Vrac

La fraise, comptine pour énever son enfant le soir

Voici une petite comptine qu'on a inventée soir après soir avec ma fille Brunelle. Elle est parfaite pour bien énerver son enfant avant d'éteindre la lumière. Mais elle est quand même sympa !

Cette comptine s'appelle la fraise.

Je regarde Brunelle avec des yeux pleins de sous-entendus sournois, et je dis : "Quand j'aime une fraise, je la mange. Alors quand j'aime ma petite fille.... je la mange !". Et je me jette sur elle et je la dévore. Mais elle n'est pas d'accord. Elle crie "non, non !". Etonné je m'arrête, je la regarde interloqué et je dis "Non ?"

Elle répète : "Non !".

- Bon, alors, seulement le bras !". Et je me rejette sur elle pour lui dévorer le bras. Mais elle résiste :

- Non !

J'essaie encore : "La main seulement, alors"

- Non et non !

Elle est intraitable. Je suis liquéfié. "Les doigts !"

- Non, non et non

- Le petit doigt seulement

- Pas question

- La dernière phalange du petit doigt

- J'ai dit non !

La colère me fait délirer :

- L'ongle du petit doigt ?

- Naon

- La puce qui est sur l'ongle du petit doigt ?

- Arrrrgh, non !

Je m'effondre en pleurs sur le lit. Tout courage m'abandonne. Que vais-je devenir si je ne peux pas dévorer comme une fraise ma petite fille que j'aime ? Une idée me traverse, un éclair de cupidité éclaire mon regard :

"Bon, d'accord. Alors, demain !

- Pas question

- A... après-demain ?"

- Non

- La semaine prochaine ? Le mois prochain ? L'année prochaine ? Au 22ème siècle ? Au 4ème millénaire ? Le lendemain du big crunch ?

- Non, non, non, toujours et définitivement non !"

- Mais alors, quand ?

- Jamais !

Et là, c'est bien humain, je craque totalement, je me jette sur elle et je la dévore quand-même, c'est vrai quoi, elle ne fait aucun effort à se faire manger un petit bout de rien du tout !

Et puis, quand elle a bien ri, Brunelle propose la fraise des bisoux. Cette fois c'est elle qui mène la danse :

"Quand j'aime une fraise, je la mange. Alors quand j'aime mon papa..."

Elle laisse sa phrase en suspend et me jette un regard lubrique...

"... je le mange..."

Nouvelle interruption, la tension est insupportable...

"... de..."

... bisous !".

Et c'est moi qui me fais bouffer !

21/12/2010
La rubrique Vrac
A lire dans cette rubrique
L'émergence de l'homme.
Quelques jalons sur le chemin qui a mené à l'apparition de l'homo sapiens sapiens sur cette Terre
La fraise, comptine pour énever son enfant le soir.
[Résumé]
Liens Ignorer la navigation
A propos du site "Rêve éveillé"
Si ce site vous a été utile
Toutes les pages