Rêve éveillé Si vous voulez m'aider, achetez mon livre :
"Sacré mont Blanc"
Chez
Marc Lemonnier
La can de l'Hospitalet
Recherche sur le siteNouveau sur le site
Liens Ignorer la navigation
Accueil
Nouveau
Territoire
Histoire
Lieux-dits
Routes
GrottesDévelopper Grottes
Vestiges
Mystères
SourcesDévelopper Sources
Situation générale de la baume de Giral, située sous la falaise de la gauche du vallon, dans l'ombre
L'escalier rustique qui descend à la baume de Giral
Le porche d'entrée de la baume de Giral
Roger et Catherine dans la baume de Giral
La sortie de la baume de Giral, vue du fonds
Drôle de rencontre à la baume : un renard est venu mourrir là...

Baume de Giral

Voici encore un lieu plein de souvenirs, où le réel et l'imaginaire se côtoient sans qu'il soit toujours possible de faire la part des choses. Portée sur les cartes IGN jusque dans les années 80, la baume de Giral n'y figure plus maintenant, et semble avoir déserté les mémoires car à part les exploitants des environs immédiats et quelques chasseurs, bien peu connaissent son existence. De fait, elle est loin de tout, difficile d'accès, et presque totalement enfouie sous la végétation. On y arrive par le haut d'une falaise, en terrain découvert, et pour s'enfoncer dans les profondeurs de l'ombre il faut dénicher une faille, sur le côté gauche, au creux de laquelle des marches d'une autre époque sont à peine visibles dans leur mimétisme minéral, mais bien utiles pour descendre cette pente raide.

La falaise que l'on découvre là-dessous est curieusement tordue. Vers la droite, un abri sous roche très massif semble vouloir arracher la montagne et la précipiter dans le ravin. Le porche, quand à lui, se découvre au dernier moment, malgré ses 7 mètres de diamètres. Il nous regarde de son oeil rond et noir. A côté de l'entrée principale, deux petits diverticules permettent d'entrer et sortir par des voies détournées, ce qui, j'imagine, constitue une sacré sécurité dans certaines circonstances. Mais il paraît qu'il y a eu un éboulement dans les périodes récentes, les lieux ont dont probablement changé d'aspect.

Des crottes de moutons nombreuses et récentes témoignent de la fréquentation régulière du lieu par les troupeaux... mais il n'en a sans doute pas toujours été ainsi : des ossements humains y ont été découverts au XIXème siècle et nourrissent la légende. Il se raconte, comme dans le "Dictionnaire géographique et administratif de la France", de P. Joannes, que la grotte aurait servi de "temple" aux protestants dans la période du désert, et qu'une assemblée clandestine y aurait été dénoncée et surprise par les dragons du Roy en 1703, ses participants massacrés et enterrés sur place, et les ossements de ces "martyrs de la conscience blanchissent encore sous les pierrailles amassées à l'entrée". D'autres prétendent que les participants à cette fameuse assemblée auraient été emmurés vivants.

A ce jour je n'ai trouvé aucune autre trace d'une assemblée du désert surprise à cet endroit cette année-là. Ces interprétations sont donc plus que douteuses, mais elles ne sont pas étonnantes. Dans les environs, le légendaire associé à l'histoire protestante est si tenace que tous les sites un peu "forts" se doivent d'avoir, aux époques adéquates, accueilli des camisards ! La seconde version (l'assemblée emmurée) semble encore plus difficile à croire que la première car aucune trace de bâti important n'est visible à l'entrée du porche, qui semble d'ailleurs trop vaste pour être fermé facilement. Cette assemblée a-t-elle donc été inventée de toute pièce ? A un petit kilomètre de là, se trouve le site de Cros-paradis, qui lui a de source sûre accueilli une assemblée qui fût surprise. Peut-être pourrait-il y avoir eu confusion ou déformation avec le bouche à oreille ?

Il n'en reste pas moins que des ossements ont été exhumés de cette grotte. Alors d'où sont-ils venus ? Comme le dit Philippe Joutard dans "La légende des Camisards", il est fréquent que des ossements trouvés dans des grottes de la région soient "rajeunis" de 2 ou 3 millénaires par leurs découvreurs ou la tradition orale, transformant des hommes préhistoriques en camisards. Il semble peu douteux que la baume de Giral aurait servi de sépulture vers la fin de l'époque préhistorique ou à la protohistoire, comme  la grotte des fées, ce qui ne surprend guère lorsque l'on découvre le site qui présente beaucoup de qualités. Les ossements en question "seraient" actuellement en vrac dans quelque placard du Musée Ignon Fabre de Mende.

Seul problème pour l'occupation permanente : l'eau. Aucune source à proximité immédiate. Seules quelques gouttes suintent du plafond par endroits. L'eau n'a pourtant pas toujours manqué ici : tout au fond, le porche se resserre à l'état de galerie, puis de boyau, qui continue son cheminement dans le noir sans nous inviter. Des formations calcaires (gours, cascade...) indiquent sans ambiguïté que l'on est bien ici dans une "vraie" grotte, autrefois creusée par une rivière souterraine de petite taille. Mais l'eau a depuis longtemps déserté cette altitude pour s'enfoncer plus profond dans la can de Tardonnenche...

Les habitants du pays se racontent encore que cette grotte communiquerait avec Tardonnenche, et que cela se serait su lorsqu'un chien de chasseur aurait disparu ici et réapparu là... Mais j'ai eu beau farfouiller, je ne trouve aucun passage !

03/06/2014
07/09/2011
10/08/2005
Cazelle de Giral
A lire dans cette rubrique
Baume de Giral.
Une jolie petite baume dans le versant nord de la can de Tardonnenche
Baume dolente.
Baume dolente, une grotte chargée d'histoire...
Carreau gallo-romain.
Reste de carreau gallo-romain
Cazelle à l'est de l'Hospitalet.
Cazelle à l'est de l'Hospitalet
Four à chaux de bel air.
Four à chaux de bel air
Four à chaux de Bryaigue.
Un cercle de pierre qui pourrait être un four à chaux, près de Bryaigue
Four à chaux de l'Hort de Dieu.
Four à chaux de l'Hort de Dieu
Four à chaux du cros del calsier 3.
Un four à chaux très dégradé, non loin de deux autres fours
Four à chaux du versant ouest du Causset de Barre.
Four à chaux du versant ouest du Causset de Barre.
Four à chaux n°2 du cros del calsier.
Four à chaux n°2 du cros del calsier
Four à chaux près du point 1028.
Un petit four à chaux installé dans une dépression de terrain, sur la can de l'Hospitalet
Grotte de Ferrière.
Grotte de Ferrière
Grotte des fées de Bassurels.
La baume des fées, ou grotte des fées, est située au pied de la falaise qui marque la limite sur de la can de l'Hospitalet, face à la vallée borgne et au Mont Aigoual, sous le Puech Vendut
L'aven des Corneilles.
Pourquoi aller à l'aven des Corneilles ? Pourquoi là plutôt qu'à l'aven Armand, son illustre voisin ?
L'enceinte protohistorique de la Rode à Drigas.
L'enceinte protohistorique de la Rode est la plus belle des enceintes protohistoriques du Causse Méjean.
L'éperon de Baumoleïro.
Au nord de la ferme de l'Hospitalet, la route qui a succédé à la draille de la Margeride isole à droite un petit éperon rocheux (cote 1021) dans lequel s'ouvre la grotte de Baumoleïro.
L'habitat préhistorique de l'aven des Corneilles.
L'habitat préhistorique de l'aven des Corneilles est situé à une quinzaine de mètres sous la surface du sol. Pour l'atteindre il faut descendre une rampe assez raide.]
La chapelle de la Fage Obscure.
La "Chapelle de la Fage Obscure" était un bâtiment faisant partie du complexe d'accueil de voyageurs qui a existé au moyen-âge sur le site de l'actuel hameau de l'Hospitalet.
La crête du Mazilhou.
La crête du Mazilhou se détache du Causset, à l'extrême sud de la can de l'Hospitalet, et plonge plein sud vers la vallée française.
La grotte de Baumoleïro.
Le valat de Baumoleïro est une petite vallée qui entaille le rebord de la can, à 1 km au nord de la ferme de l'Hospitalet. Elle tire son nom d'une petite grotte (en occitan, baoumo signifie grotte) également appelée grotte de l'Hospitalet, située au pied d'une barre rocheuse dominant le versant gauche du ravin.
La grotte des Farous.
Lorsqu'on observe la Terre depuis la Lune, par une nuit sans nuages, on aperçoit une immense masse continentale hérissée de caps et de péninsules. C'est le vaste ensemble afro-asiato-européen.
La grotte du castelas ouest de Barre.
La grotte du castelas ouest de Barre
La peyro de la pendulho.
La peyro de la pendulho est une pierre très anciennement retouchée par l'homme, sur la can de Ferrière.
Le cap barré du Causset.
La pointe sud du lieu-dit "Le Causset" est extrêmement effilée. Deux falaises d'une dizaine de mètres de haut enserrent une bande de terrain qui va en se rétrécissant.
Le Castelas de Saint Laurent de Trèves.
Le castelas de Saint Laurent est ce vaste éperon rocheux, plat sur son sommet, au sud et à l'est duquel sont disposées une partie des maisons du village actuel.
Le château de Terre Rouge.
Le château de Terre Rouge se dressait à proximité de la route de la corniche des Cévennes, sur la can de l'Hospitalet.
Le dolmen de Puech Vendut.
Puech Vendut accueille la seule tombe mégalithique connue sur la can.
Le four à chaux de la Coste.
Voici l'un des rares fours à chaux situés sur le schiste, aux alentours de la can.
Le four à chaux des Crottes.
Le four à chaux des Crottes
Le four à chaux du Causset de Barre.
A 200 mètres à l'ouest des Balmes, au nord du petit plateau appellé le Causset de Barre, se trouve un curieux reste de construction de forme circulaire, à demi enfouie dans une sorte de terre-plein.
Le four à chaux du plo del calcio.
Le four à chaux du plo del calcio
Le four à chaux du Plo du Toupi.
Un four à chaux assez dégradé, sur un replat au dessus du plo du Toupi
Le four à chaux et le bloc.
Un curieux site, comme un four à chaux avec un énorme bloc dedans
Le four à chaux n°1 du cros del calsier.
Le four à chaux n°1 du cros del calcier
Le grand porche de Camplong.
Le grand porche de Camplong
Le menhir de Grizac.
Sur le magnifique plateau calcaire de Grizac se dresse un menhir aux propriétés étonnantes…
Le menhir des Crottes.
Le menhir des Crottes
Le rocher des conques.
Le rocher des Conques est un ensemble de pierres gravées situé sur la can de Ferrière.
Le Rocher des fées du Barret.
Le "Rocher des fées", situé au Barret sur la commune de Barre de Cévennes, est un site autour duquel tournent beaucoup d'histoires et de légendes.
Les cupules de Grattegals.
Au dessus de grattegals, sur un rocher surplombant la rivière, la plus grosse cupule des environs
Les rochers gravés du Causset de Barre.
Sur la butte témoin calcaire et gréseuse dominant le lieu-dit La cure, au nord de Barre des Cévennes, sur le Causset de Barre, se trouve un ensemble d'aménagements pouvant dater de l'âge du fer
Les traces de dinosaures du Trescol.
[Pas de résumé]
Menhir de la colline 1050.
Petit menhir penché sur la colline 1050 au dessus de la plaine des Crottes
Menhir du col de Tartabisac.
Un petit menhir bien visible au col de Tartabisac
Menhir poli de la lavogne des crottes.
Menhir poli de la lavogne des crottes
Mont vieux.
Un site qui regroupe des roches gravées, des traces de bâtiments sans doute très anciens...
Scories.
Scories au bas des pentes est du serre de Montgros
Scories.
Scories au bas des pentes nord-est du serre de Montgros
Scories.
Scories au bas des pentes nord-est du serre de Montgros
Scories.
Scories au bas des pentes nord-est du serre de Montgros
Scories.
Scories au bas des pentes nord-est du serre de Montgros
Scories dans le vallon de la Borie.
Scories dans le vallon de La Borie, près de la piste
Scories dans le vallon de solpérière.
Scories dans le vallon de solpérière.
Scories sur la bordure de la can au pied du Serre de Montgros.
Ensemble de petites scories sur la bordure de la can, au nord-est du serre de Montgros
Traces de dinosaure du ravin de fontanille.
Traces de dinosaure du ravin de fontanille, dans le lit de la rivière.
Traces de dinosaure du ravin de Saint Laurent.
Sur un rocher près du sentier qui monte de Saint Laurent à la can, on peut voir 4 traces de dinosaures peu marquées.
Tumuli sur la can de Saint Laurent.
Deux tumulus côte à côte sur la can de Saint Laurent.
Tumulus 1 du col de vache.
Le tumulus du col de vache a été fouillé, et a révélé les restes d'un guerrier.
Tumulus 4 de la can noire centrale.
Ce tumulus est situé à quelques mètres au nord de la piste qui mène de Terre Rouge à Barre
Tumulus 4 de la can noire centrale.
Un des tumuli de la Can Noire centrale.
Liens Ignorer la navigation
A propos du site "Rêve éveillé"
Si ce site vous a été utile
Toutes les pages