Rêve éveillé Si vous voulez m'aider, achetez mon livre :
"Sacré mont Blanc"
Chez
Marc Lemonnier
La can de l'Hospitalet
Recherche sur le siteNouveau sur le site
Liens Ignorer la navigation
Accueil
Nouveau
Territoire
Histoire
Lieux-dits
Routes
GrottesDévelopper Grottes
Vestiges
Mystères
SourcesDévelopper Sources
L'entrée, avec un morceau de minerai abandonné
Etat de la galerie en 2010
Migou et ossements de brebis...
L'entrée, depuis le fond de la galerie. De part et d'autre, un reste de muret
Le reste du filon de fer en paroi ouest
Le filon de fer à quelques mètres à l'ouest de la galerie

La mine de fer du plo du toupi

A partir du col de Tartabisac, montez au plo du toupi. Tenez-vous à peu près au milieu de la prairie, et visez la pente qui monte tout droit au dessus de vous, approximativement vers le sud. Au pied de la première barre rocheuse, à environ 70 mètres de dénivelé au dessus de vous, vous apercevrez un pin, et juste à droite, une entrée sombre. Vous découvrirez là-haut une galerie, mesurant 2 mètres de large sur 2 mètres de haut environ, profonde d'environ 8 mètres.

Didier Pratlong, du Crouzet, se rappelle que dans les années 1960 l'entreprise Ruas l'a creusée pour chercher du fer. Voilà son souvenirs de jeune de l'époque :

"Dans un premier temps, les gars de l'entreprise ont creusé une sorte de tranchée, à peu près sur la crête qui monte du col, pour chercher le meilleur endroit sans doute. On la voit encore aujourd'hui. Et puis ils se sont décidé, ils ont attaqué la montagne là où vous savez. Avec de petits moyens. Ils travaillaient à la pelle et à la pioche, tout simplement. Ils se moquaient de moi en me faisant croire qu'ils cherchaient de l'or ..."

A noter toutefois que Claude Faïsse, du Pompidou, propriétaire du terrain, raconte que sa famille connaît cette cavité depuis la fin du XIXème siècle au moins, sans avoir d'informations sur son origine. Cela semble en contradiction avec l'hypothèse de la galerie de prospection des années 60.

Examinons les lieux d'un peu plus près.

A deux mètres de l'entrée, la galerie recoupe une mince veine de fer, perpendiculaire à la galerie. Deux petits renfoncements creusés dans les parois indiquent sans ambiguïté que ce filon a été suivi par les prospecteurs. On le retrouve à l'extérieur, il émerge de la roche quelques mètres à droite de la galerie, sans présenter de traces d'exploitation, ce qui est intriguant. Pourquoi les mineurs ne l'ont-ils pas attaqué à cet endroit accessible, au lieu de creuser la galerie ? Mystère !

Passé le filon, la galerie se prolonge de quelques mètres vers l'avant, mais ne semble plus croiser de veine métallique, et finit par s'arrêter sur un mur vertical compact.

Aujourd'hui, la galerie sert de bergerie aux moutons des environs, vu les crottes et les quelques ossements qui parsèment le sol. Une murette a été édifiée à l'entrée, sans doute pour améliorer la protection contre le vent ou le froid...

A noter qu'il existe plusieurs autres galeries de prospection de fer dans les environs immédiats.

05/01/2011
15/08/2010
15/10/2017
23/01/2013
Les carrières de la can de l'Hospitalet Vieilles carrières de Camplong
A lire dans cette rubrique
L'extraction de fer sur la can de l'Hospitalet à l'époque moderne.
L'extraction de fer sur la can de l'Hospitalet à l'époque moderne
La mine de fer du plo du toupi.
Au dessus de la prairie du plo se trouve une courte galerie de mine de fer.
Les limonites et les nodules ferreux de la can de l'Hospitalet.
Les sols calcaires de la can de l'Hospitalet sont relativement riches en fer.
Les scories, vestiges d'industries métallurgiques anciennes.
Les scories sont des résidus de transformation du minerai en fer pur dans les "bas fourneaux" de l'âge du fer.
Scories dans le ravin de Fontanille.
Scories dans le haut du ravin de Fontanilles.
Scories sur la bordure de la can au pied du Serre de Montgros.
Ensemble de petites scories sur la bordure de la can, au nord-est du serre de Montgros
Liens Ignorer la navigation
A propos du site "Rêve éveillé"
Si ce site vous a été utile
Toutes les pages