Rêve éveillé Si vous voulez m'aider, achetez mon livre :
"Sacré mont Blanc"
Chez
Marc Lemonnier
La can de l'Hospitalet
Recherche sur le siteNouveau sur le site
Liens Ignorer la navigation
Accueil
Nouveau
Territoire
Histoire
Lieux-dits
Routes
GrottesDévelopper Grottes
Vestiges
Mystères
SourcesDévelopper Sources
Rubrique : Lieux-dits > Fau florit
La foule à l'entrée de la grotte des Farous
La "grande galerie", passage entre la première et la deuxième salle de la grotte des Farous
Remontee dans l'éboulis de la première salle des Farous
L'entrée du diverticule de la grotte des Farous
Collage de photos montrant l'éventuelle prolongation vers l'ouest de la grotte des farous
Une dézob en cours à l'extrémité terminale de la grotte des Farous
Chauve souris à la grotte des Farous
Bouchon pour la sortie

La grotte des Farous

Lorsqu'on observe la Terre depuis la Lune, par une nuit sans nuages, on aperçoit une immense masse continentale hérissée de caps et de péninsules. C'est le vaste ensemble afro-asiato-européen. Difficile d'y distinguer quelque chose de précis à cette distance, il faut se concentrer pour distinguer la France.

Mais si l'on se dote d'un objectif 2.830.000 mm, les choses s'éclaircissent, et en pointant la visée sur le sud-est de la France, les Cévennes deviennent visible. Avec un doubleur de focale en surajout, on arrive à distinguer au milieu des Cévennes un plateau tabulaire à la forme longiligne et biscornue. C'est la Can de l'Hospitalet.

Après, il faut prendre la navette hyperspatiale de 22h23 pour s'approcher un petit peu. Sur le rebord ouest de la Can de l'Hospitalet émerge du flou une sombre et austère forêt couvre un versant nord glacial, encore enneigé malgré le beau temps qui réchauffe la Lozère depuis quelques jours.

A mi-pente de cette forêt, au pied d'une barre rocheuse de faible hauteur, au creux d'un replat, s'ouvre un trou noir d'à peine 50 cm de diamètre. C'est la grotte des Farous. Un bien modeste trou, étonnamment mentionné sur la carte au 25.000ème du coin mais bien difficile à dénicher pour de vrai. Par moins de 3 explorations méthodiques du versant furent nécessaires à la famille Lemonnier et ses amis pour retrouver cette entrée oubliée. Cette difficulté fait une grande partie du charme de la chose, c'est pourquoi je ne vous en dirai pas plus, histoire que vous erriez vous aussi quelques jours dans la diagonale du coteau avant de trouver.

Cette entrée est si petite qu'un après-midi d'automne venteux, quelques vieilles branches étaient tombées sur l'ouverture, les feuilles mortes avaient fait le reste : Farous s'était transformé en un piège à gibier à l'indienne, autour duquel il a fallu tourner un bon moment avant de le déceler.

N'empêche, une fois l'étroiture passée, un toboggan de feuilles sur glaise mène plus vite que souhaité sur le sol horizontal d'une assez vaste salle tout à fait insoupçonnée de l'extérieur. Eboulis, ressauts, le fond est vite atteint, mais la cavité a de l'allure, et les enfants prennent toujours plaisir à y fureter à la rechercher de chauves-souris suspendues dans quelque recoin.

Tout ça fait de Farous la grotte des enfants ! Celle où l'on va les dimanche après-midi pluvieux, lorsque des amis nous rendent visite et qu'il faut se sortir un peu. C'est même parfois la grotte aux anniversaires, ou la grotte des grands jeux...

3 salles assez grandes se succèdent sur une pente descendante... la dernière est une demi-sphère presque parfaite, sèche, dans laquelle on se sent bien. Spontanément, on s'installe, on prend ses aises. Les lampes de poche sont éteintes au profit des bougies, et peu à peu le lieu gagne en chaleur...

Parfois le silence s'installe, chacun dans ses pensées ou ses explorations... Parfois des jeux inventés pour l'occasion se mettent spontanément en place... Un jour, une chorale s'est improvisée, et la salle a résonné de chants entonnés avec une attitude grave, comme si le moment était sacré...

L'observation des chauves-souris reste une valeur sûre. Les enfants sont très sensibles au bien être de ces animaux apparemment si fragiles... Après quelques minutes sous les feux des lampes de poches, certaines se mettent à agiter faiblement les ailes, alors tout le monde s'écrie : "Vite, éteignez, elle va se réveiller, et si elle se réveille elle va mourir !", et la troupe s'égaille...

Malgré sa petite taille, la grotte recèle encore quelques mystères, quelques pistes à suivre : tout au fond, une galerie s'amorce. Des traces de fouille attestent que quelqu'un a un jour espéré trouver la suite, puis a abandonné l'idée. Trop long, trop seul ? Je ne sais pas pourquoi, chaque fois que je reviens, je fais un tour dans ce boyau inconfortable histoire de voir s'il ne se serait pas comme par magie ouvert un peu plus depuis la dernière fois...

Il se dit et s'écrit ici et là qu'il aurait été observé, dans un recoin de la grotte, une trace de main préhistorique... pour l'instant je ne l'ai pas trouvée, et pourtant on peut dire que j'en ai passé, du temps, dans ce trou. Mais je continue à chercher. Il se dit par contre, de manière avérée cette fois, que des tessons ont été trouvés, dans un recoin au pied du toboggan de l'entrée. Des hommes ont donc vécu (ou trépassé) ici quelque part aux environs de l'âge du fer ou avant... 

Dans la salle d'entrée, perché à 2 mètres 50 de hauteur environ mais facile à atteindre, un petit diverticule part vers l'ouest. Oh, il court tout au plus sur 10 mètres, mais il ne se termine pas vraiment : il devient étroit, étroit... mais il continue... et semble même s'élargir à nouveau quelques après une courte distance... L'ouest, c'est la direction... de la grotte de Nozière, qui n'est qu'à 300 mètres de là et lance elle aussi une étroite galerie vers... l'est, c'est à dire vers ici ! Difficile de ne pas rêver à une jonction ! Pour en avoir le coeur net, j'ai mis au point une technique ré-vo-lu-tion-naire, que j'ai appelée APNABB. Amis spéléologues, retenez ce nom, il va faire le tour de l'univers. Il signifie : "Appareil Photo Numérique A Bout de Bras". Le principe est simple :

  1. Allumez l'appareil, sortez le flash
  2. Attrapez votre appareil en veillant à pouvoir le tenir fermement ET appuyer sur le déclencheur  d'UNE SEULE MAIN.
  3. Introduisez votre bras au plus profonde de l'étroiture que vous souhaitez prospecter
  4. Prenez tout plein de photos au jugé, dans toutes les directions possibles
  5. De retour chez vous, grâce à un logiciel spécialisé comme photoshop, jouez au puzzle avec toutes ces photos pour reconstituer l'endroit.

Voilà ce que donne la technique APNABB appliquée au fond du diverticule sans prétention de la grotte des Faroux. Voilà cette galerie qu'aucun oeil humain n'a contemplé alors que mon modeste appareil l'a vue ! Oh, que tout ça m'excite !

Août 2007 : Raymond Lefillâtre a commencé à élargir le passage aux amorces. C'est encore trop étroit pour être pénétrable, mais le travail est lancé !

Mars 2010 : Guillaume Coerchon et un autre membre du TNT passent l'étroiture, sans même avoir besoin d'élargir. La galerie est colmatée au bout que quelques mètres par un éboulis qu'il serait peut-être possible d'ouvrir, mais l'étroitesse de la galerie rend les choses trop malpratiques pour donner envie de s'y éterniser... Si quelque courageux a l'énergie de s'y coller...

Finalement, dans cette petite grotte sans prétention, on y passe souvent une ou deux heures, qui fuient, comme ça, sans qu'on sache où elles sont passées...

Comme à la plage, vient un moment ou il faut ramasser ses affaires, tout remettre dans le panier, et entamer le retour vers la maison. Après la remontée dans les éboulis, après l'ultime escalade de la pente glissante, on sort la tête des feuilles et on constate étonnés que le jour a baissé. Les enfants sont sonnés, pleins d'un bonheur tranquille, et la remontée de la piste se fait dans un silence songeur.

12/04/2010
13/04/2008
14/08/2010
La grotte de Nozière Le menhir brisé du vallon de l'hort de Dieu
A lire dans cette rubrique
Baume de Giral.
Une jolie petite baume dans le versant nord de la can de Tardonnenche
Baume dolente.
Baume dolente, une grotte chargée d'histoire...
Carreau gallo-romain.
Reste de carreau gallo-romain
Cazelle à l'est de l'Hospitalet.
Cazelle à l'est de l'Hospitalet
Four à chaux de bel air.
Four à chaux de bel air
Four à chaux de Bryaigue.
Un cercle de pierre qui pourrait être un four à chaux, près de Bryaigue
Four à chaux de l'Hort de Dieu.
Four à chaux de l'Hort de Dieu
Four à chaux du cros del calsier 3.
Un four à chaux très dégradé, non loin de deux autres fours
Four à chaux du versant ouest du Causset de Barre.
Four à chaux du versant ouest du Causset de Barre.
Four à chaux n°2 du cros del calsier.
Four à chaux n°2 du cros del calsier
Four à chaux près du point 1028.
Un petit four à chaux installé dans une dépression de terrain, sur la can de l'Hospitalet
Grotte de Ferrière.
Grotte de Ferrière
Grotte des fées de Bassurels.
La baume des fées, ou grotte des fées, est située au pied de la falaise qui marque la limite sur de la can de l'Hospitalet, face à la vallée borgne et au Mont Aigoual, sous le Puech Vendut
L'aven des Corneilles.
Pourquoi aller à l'aven des Corneilles ? Pourquoi là plutôt qu'à l'aven Armand, son illustre voisin ?
L'enceinte protohistorique de la Rode à Drigas.
L'enceinte protohistorique de la Rode est la plus belle des enceintes protohistoriques du Causse Méjean.
L'éperon de Baumoleïro.
Au nord de la ferme de l'Hospitalet, la route qui a succédé à la draille de la Margeride isole à droite un petit éperon rocheux (cote 1021) dans lequel s'ouvre la grotte de Baumoleïro.
L'habitat préhistorique de l'aven des Corneilles.
L'habitat préhistorique de l'aven des Corneilles est situé à une quinzaine de mètres sous la surface du sol. Pour l'atteindre il faut descendre une rampe assez raide.]
La chapelle de la Fage Obscure.
La "Chapelle de la Fage Obscure" était un bâtiment faisant partie du complexe d'accueil de voyageurs qui a existé au moyen-âge sur le site de l'actuel hameau de l'Hospitalet.
La crête du Mazilhou.
La crête du Mazilhou se détache du Causset, à l'extrême sud de la can de l'Hospitalet, et plonge plein sud vers la vallée française.
La grotte de Baumoleïro.
Le valat de Baumoleïro est une petite vallée qui entaille le rebord de la can, à 1 km au nord de la ferme de l'Hospitalet. Elle tire son nom d'une petite grotte (en occitan, baoumo signifie grotte) également appelée grotte de l'Hospitalet, située au pied d'une barre rocheuse dominant le versant gauche du ravin.
La grotte des Farous.
Lorsqu'on observe la Terre depuis la Lune, par une nuit sans nuages, on aperçoit une immense masse continentale hérissée de caps et de péninsules. C'est le vaste ensemble afro-asiato-européen.
La grotte du castelas ouest de Barre.
La grotte du castelas ouest de Barre
La peyro de la pendulho.
La peyro de la pendulho est une pierre très anciennement retouchée par l'homme, sur la can de Ferrière.
Le cap barré du Causset.
La pointe sud du lieu-dit "Le Causset" est extrêmement effilée. Deux falaises d'une dizaine de mètres de haut enserrent une bande de terrain qui va en se rétrécissant.
Le Castelas de Saint Laurent de Trèves.
Le castelas de Saint Laurent est ce vaste éperon rocheux, plat sur son sommet, au sud et à l'est duquel sont disposées une partie des maisons du village actuel.
Le château de Terre Rouge.
Le château de Terre Rouge se dressait à proximité de la route de la corniche des Cévennes, sur la can de l'Hospitalet.
Le dolmen de Puech Vendut.
Puech Vendut accueille la seule tombe mégalithique connue sur la can.
Le four à chaux de la Coste.
Voici l'un des rares fours à chaux situés sur le schiste, aux alentours de la can.
Le four à chaux des Crottes.
Le four à chaux des Crottes
Le four à chaux du Causset de Barre.
A 200 mètres à l'ouest des Balmes, au nord du petit plateau appellé le Causset de Barre, se trouve un curieux reste de construction de forme circulaire, à demi enfouie dans une sorte de terre-plein.
Le four à chaux du plo del calcio.
Le four à chaux du plo del calcio
Le four à chaux du Plo du Toupi.
Un four à chaux assez dégradé, sur un replat au dessus du plo du Toupi
Le four à chaux et le bloc.
Un curieux site, comme un four à chaux avec un énorme bloc dedans
Le four à chaux n°1 du cros del calsier.
Le four à chaux n°1 du cros del calcier
Le grand porche de Camplong.
Le grand porche de Camplong
Le menhir de Grizac.
Sur le magnifique plateau calcaire de Grizac se dresse un menhir aux propriétés étonnantes…
Le menhir des Crottes.
Le menhir des Crottes
Le rocher des conques.
Le rocher des Conques est un ensemble de pierres gravées situé sur la can de Ferrière.
Le Rocher des fées du Barret.
Le "Rocher des fées", situé au Barret sur la commune de Barre de Cévennes, est un site autour duquel tournent beaucoup d'histoires et de légendes.
Les cupules de Grattegals.
Au dessus de grattegals, sur un rocher surplombant la rivière, la plus grosse cupule des environs
Les rochers gravés du Causset de Barre.
Sur la butte témoin calcaire et gréseuse dominant le lieu-dit La cure, au nord de Barre des Cévennes, sur le Causset de Barre, se trouve un ensemble d'aménagements pouvant dater de l'âge du fer
Les traces de dinosaures du Trescol.
[Pas de résumé]
Menhir de la colline 1050.
Petit menhir penché sur la colline 1050 au dessus de la plaine des Crottes
Menhir du col de Tartabisac.
Un petit menhir bien visible au col de Tartabisac
Menhir poli de la lavogne des crottes.
Menhir poli de la lavogne des crottes
Mont vieux.
Un site qui regroupe des roches gravées, des traces de bâtiments sans doute très anciens...
Scories.
Scories au bas des pentes est du serre de Montgros
Scories.
Scories au bas des pentes nord-est du serre de Montgros
Scories.
Scories au bas des pentes nord-est du serre de Montgros
Scories.
Scories au bas des pentes nord-est du serre de Montgros
Scories.
Scories au bas des pentes nord-est du serre de Montgros
Scories dans le vallon de la Borie.
Scories dans le vallon de La Borie, près de la piste
Scories dans le vallon de solpérière.
Scories dans le vallon de solpérière.
Scories sur la bordure de la can au pied du Serre de Montgros.
Ensemble de petites scories sur la bordure de la can, au nord-est du serre de Montgros
Traces de dinosaure du ravin de fontanille.
Traces de dinosaure du ravin de fontanille, dans le lit de la rivière.
Traces de dinosaure du ravin de Saint Laurent.
Sur un rocher près du sentier qui monte de Saint Laurent à la can, on peut voir 4 traces de dinosaures peu marquées.
Tumuli sur la can de Saint Laurent.
Deux tumulus côte à côte sur la can de Saint Laurent.
Tumulus 1 du col de vache.
Le tumulus du col de vache a été fouillé, et a révélé les restes d'un guerrier.
Tumulus 4 de la can noire centrale.
Ce tumulus est situé à quelques mètres au nord de la piste qui mène de Terre Rouge à Barre
Tumulus 4 de la can noire centrale.
Un des tumuli de la Can Noire centrale.
Liens Ignorer la navigation
A propos du site "Rêve éveillé"
Si ce site vous a été utile
Toutes les pages