Rêve éveillé Si vous voulez m'aider, achetez mon livre :
"Sacré mont Blanc"
Chez
Marc Lemonnier
La can de l'Hospitalet
Recherche sur le siteNouveau sur le site
Liens Ignorer la navigation
Accueil
Nouveau
Territoire
Histoire
Lieux-dits
Routes
GrottesDévelopper Grottes
Vestiges
Mystères
SourcesDévelopper Sources

La transhumance s'organise...

Il est presque certain qu'à l'époque de la mise en place des premières transhumances (probablement avec l'arrivée du mouton domestique en Languedoc, vers le VIIème millénaire), les Cévennes étaient vides d'hommes. Les troupeaux et leurs accompagnants avaient donc le champ libre pour passer où ils le souhaitaient, s'arrêter n'importe où... A cette époque, l'homme ne faisait que traverser les Cévennes, aucune trace permanente n'y a été trouvée à ce jour.

Aux environs de -3000, l'homme s'installe durablement dans les hautes Cévennes. Cette installation s'est d'ailleurs probablement faite en partie grâce à l'existence des drailles, itinéraires faciles et connus pour pénétrer la montagne par ailleurs peu pratique d'accès. A partir de cette époque, les troupeaux transhumants traversent donc des zones habitées, utilisées, exploitées. Rien n'est plus pareil. Ni les populations locales ni les transhumants n'ont intérêt à voir disparaître les autres car chacun a besoin de l'autre. Mais des conflits d'intérêt apparaissent probablement très vite : les moutons risquent de passer sur des cultures, viennent manger de l'herbe dédiée aux moutons locaux, etc...

Le passage de la transhumance a dû être formalisé et "contractualisé" : accueillir les troupeaux de la plaine restait concevable pour les éleveurs des montagnes, car la quantité d'herbages disponible sur les hauts plateaux dépassait de très loin les besoins des troupeaux locaux, mais sous certaines conditions. Il fallait bien sûr que les troupeaux ne débordent pas n'importe comment sur les terres cultivées ou enherbées, ceci dans les herbages d'été mais aussi sur le trajet, bien sûr, d'où la mise en place de zones de repos bien définies dans lesquelles devaient s'arrêter les troupeaux. Il y avait une petite redevance à payer au propriétaire des lieux, soit sous forme financière, soit sous forme de fumure : les troupeaux étaient laissés une nuit sur un parcelle convenue d'avance, et les nombreuses crottes qu'ils y laissaient enrichissaient le sol pour de meilleurs cultures. Un paiement "en nature", en quelque sorte !

Plus tard encore, lorsque l'influence et le degré d'organisation des communes à pris de l'importance, que le repérage du sol s'est organisé (mise en place de compoix, cadastres), l'emprise au sol des drailles a été soigneusement notée et l'administration a toujours veillé à ce que ces tracés soient respectés et laissés libres...

Les drailles ont été régulièrement utilisées jusque dans le milieu du XXème siècle, et leur fréquentation a ensuite rapidement baissé. Aujourd'hui, seuls quelques troupeaux passent encore chaque année sur la draille de Margeride. Conséquence : les tracés ne sont plus entretenus et se dégradent, certaines portions sont grignotées par les pratiques agricoles et vont bientôt être totalement indécelables.

29/04/2008
L'âge du fer (-800 à -150) : arrivée des Celtes La protohistoire (-2200 à - 150)
A lire dans cette rubrique
La chapelle magique.
Il y avait autrefois sur la can de l'Hospitalet une chapelle aux propriétés tout à fait étonnantes.
La domestication du mouton.
Le mouton a été domestiqué vers le VIIème ou VIIIème millénaire, au proche orient, à partir d'une espèce locale, le mouton sauvage.
La transhumance s'organise....
Il est presque certain qu'à l'époque de la mise en place des premières transhumances (probablement avec l'arrivée du mouton domestique en Languedoc, vers le VIIème millénaire), les Cévennes étaient vides d'hommes.
Les chemins de la farine.
Chaque hameau de la vallée du Tarnon a son "hameau d'estive" sur le causse Méjean. Le chemin de la farine permet d'aller de l'un à l'autre.
Les lavognes.
Les lavognes sont des mares très souvent artificielles destinées à abreuver les troupeaux
Les lavognes de la can de l'Hospitalet.
Je ne connais que deux lavognes notables sur la can de l'Hospitalet : la lavogne de Terre-rouge, avec sa couleur caractéristique, et la lavogne des Crottes.
Les premières transhumances.
Vers -10.000 ans ou un peu plus récemment, voilà la situation supposée : dans les zones à tendance aride du pied de certains massifs montagneux (en particulier autour du bassin méditerranéen), des herbivores sauvages (concentrons nous ici sur les ovidés) ont pris l'habitude d'effectuer des migrations saisonnières pour aller chercher des herbages mieux fournis durant la saison sèche.
Liens Ignorer la navigation
A propos du site "Rêve éveillé"
Si ce site vous a été utile
Toutes les pages