Rêve éveillé Si vous voulez m'aider, achetez mon livre :
"Sacré mont Blanc"
Chez
Marc Lemonnier
La can de l'Hospitalet
Recherche sur le siteNouveau sur le site
Liens Ignorer la navigation
Accueil
Nouveau
Territoire
Histoire
Lieux-dits
Routes
GrottesDévelopper Grottes
Vestiges
Mystères
SourcesDévelopper Sources
Les paléorivières sur les grands causses. Sur cette carte la future can est située sous le mot "supérieur"

Les terra rossa, ou "Terres rouges"

Au moment des labours sur les causses et la can de l'Hospitalet, la terre rougeâtre qui permet la culture attire l'oeil sur le fond des dolines. On a cru longtemps que ces "terra rossa" provenaient simplement de la dissolution du calcaire et étaient constituées des impuretés, non solubles, que celui-ci pouvait contenir : argile et fer.

Mais des observations récentes permettent de détecter que ces terres rouges contiennent également de petits grains de quartz et des minéraux résistant bien à l'altération qui n'existent que dans les roches de la périphérie des grands causses : Rouergue, Margeride, Cévennes... et pas du tout dans les calcaires eux-mêmes. Elles ont donc été, au moins en partie, importées.

Cette importation a été rendue possible par l'existence, voici 5 à 10 millions d'années, d'anciens cours d'eau venus des massifs cristallins voisins (à l'époque plus élevés que les causses), qui ont déposé leurs alluvions, débris de schiste et de granite (qui contiennent eux aussi du fer), sur le calcaire, ou elles se sont mélangées avec les débris rocheux locaux.

Ces "paléo rivières", dont on trouve encore des traces, avaient probablement des tracés assez sinueux et changeants, comme sur les grandes plaines alluviales actuelles, car leur pouvoir érosif était presque nul en raison de leur faible pente. Les dépôts se faisaient donc de manière variable, en fonction des pentes locales, du débit, etc...

Une forte altération favorisée par le climat tropical qui régnait alors dans la région a ensuite transformé ces alluvions en sols rouges car le fer issu des deux origines s'est oxydé et a pris cette couleur caractéristique. Certaines terres rouges sont aujourd'hui suffisamment riches en fer pour être exploitables. Les galets de schiste et de granite apportés par les cours d'eau ont disparu et seuls les minéraux les plus résistants (quartz...) ont subsisté. On en trouve facilement dans les terres rouges, c'est un signe indéniable de présence d'alluvions apportés.

Sur le Causse Noir des alluvions altérées dessinent, depuis Servillères jusqu'au Luc et au-delà, le tracé d'un ancien cours d'eau, transformé maintenant en vallée sèche. Le plus souvent ces anciennes vallées sont difficilement reconnaissables car des dépressions plus ou moins vastes (dolines, ouvalas, poljés), en se mettant en place, ont piégé les sols d'origine alluviale et effacé le tracé ancien. (rgp, p. 27).

Sur la can de l'Hospitalet, on rencontre des sols rouges en de nombreux endroits. Le meilleur exemple se trouve comme il se doit à Terre rouge.

26/03/2008
La mer de chailles Les chailles, silex du pauvre
A lire dans cette rubrique
Les traces de dinosaure sur la can de l'hospitalet.
Bien avant l'apparition de l'homme, il y a environ 190 millions d'années, la zone aujourd'hui couverte par la can de l'Hospitalet et le causse Méjean était occupée par une mer peu profonde
Les fossiles de la can de l'Hospitalet.
Les calcaires de la can de l'Hospitalet sont riches en fossiles de toutes époques
Arche de grès au dessus de la plaine du Pesquié.
Cette arche est située dans les premières couches de grès posées sur le schiste de la plaine du Pesquié, au pied des premières côtes raides qui montent vers la can noire.
La can de schiste.
La can de l'Hospitalet est, par définition même, un plateau constitué de calcaire, posé sur le schiste sous-jacent. Effectivement, pour l'immense majorité du plateau, cette règle se vérifie parfaitement.
La grotte de tuf du vallon de Baumale.
Au fond du vallon de Baumale, au pied des pentes qui montent vers baume Dolente, se trouve une petite grotte étonnante.
La ligne de partage des eaux Atlantique - Méditerranée.
La can de l'Hospitalet est située sur la ligne de partage européenne des eaux, c'est à dire que l'eau qui descend son flanc ouest pars vers l'Atlantique (via le Tarnon, le Tarn et la Garonne), celle qui descend son flanc est part vers la Méditerranée (via les gardons).
La mer de chailles.
Sur la can de Saint Laurent, proche du lieu-dit le Suquet, la concentration de chailles au sol est énorme.
Le filon de micro-granite du nord de l'Aigoual.
Ce filon, long de plusieurs dizaines de kilomètres mais large de quelques dizaines de mètres seulement, est rattaché au massif de l'Aigoual et remonte plein nord vers le Bougès au pied duquel il vient mourir.
Le processus de karstification.
La karstification est le phénomène de dissolution des calcaires par des eaux chargées en gaz carbonique. Ce phénomène conduit entre autre à la formation de grottes, avens, lapiaz... et autres formes bizarroïdes que l'on peut trouver sur la can et les causses alentours.
Les chailles, silex du pauvre.
La "chaille" est une roche siliceuse apparentée au silex, généralement de couleur claire, que l'on trouve dans les calcaires du jurassique.
Les dolines.
Une doline est une dépression de la surface d'un sol karstique. Sa présence témoigne de l'existence d'un conduit souterrain qui permet le drainage des eaux de surface vers les profondeurs.
Les limonites et les nodules ferreux de la can de l'Hospitalet.
Les sols calcaires de la can de l'Hospitalet sont relativement riches en fer.
Les terra rossa, ou "Terres rouges".
Au moment des labours sur les causses et la can de l'Hospitalet, la terre rougeâtre qui permet la culture attire l'oeil sur le fond des dolines.
Les tétines de Balmegouse.
Au pied de la can des Combes, des reliefs étonnants
Sols polygonaux sur la Can de L'Hospitalet.
En 1960, P. Marcelin et P. Rutten signalent l'existence, sur la Can de l'Hospitalet, de sols polygonaux, ou polygones de pierre.
Liens Ignorer la navigation
A propos du site "Rêve éveillé"
Si ce site vous a été utile
Toutes les pages